Imprimer

Prière et vie (10) Dans un souffle

[mardi 1 juillet 2014 00:00]

par Doris ZIEGLER

Reveil-Spiritualité Pirères et vie : Dans un souffle ©Shutterstock

Il est des moments dans la vie où Dieu peut s'imposer à nous de la manière la plus inattendue, dans une situation des plus banales. Sans parole. Juste à travers un souffle. Et ce souffle devient prière.

 

C'était il y a de nombreuses années. J'étais dans un pays dont je connaissais peu la langue. Et dans un lieu où je ne me sentais pas à l'aise. En face de moi, il y avait un homme dont je pense, avec le recul, qu'il devait regrouper un peu tout ce qui me rendait, moi, étrangère. Son âge, sa corpulence, sa façon de s'habiller, de se tenir, de parler... Tout le désignait comme un être antipathique à la jeune personne que j'étais alors. Puis mes yeux sont tombés sur son ventre qui se soulevait et s'abaissait lentement, régulièrement, au rythme de sa respiration. Et j'ai été saisie d'une émotion aussi surprenante que profonde. Cette respiration, ce souffle qui le traversait alors qu'il n'y pensait même pas, m'a littéralement bouleversée. Toutes les barrières de l'apparence se sont volatilisées. Je ne voyais plus que l'humain dans sa fragilité, comme dans une nudité non pas vestimentaire, mais notre nudité d'être vivant face à Dieu. Je savais que nous étions pareils tous les deux, malgré les évidentes différences. Enfants de Dieu, frère et sœur en humanité, liés par ce souffle de vie qui traverse chaque être vivant.
Je ne sais rien de lui. Il ne m'a même pas vue. Et pourtant le soulèvement régulier de son ventre par la respiration m'a marquée au point que je m'en souviens encore comme d'une expérience spirituelle décisive. Ce souffle de vie invisible, léger, tellement habituel, normal que l'on ne le remarque pas, est devenu pour moi un symbole de la présence de Dieu. Il me parle de notre « adamité », de notre fragilité de boule de poussière pétrie par Dieu, dans laquelle il a insufflé, par les narines, une « respiration de vie » pour en faire « un être vivant ». La respiration est l'infinie richesse que nous partageons en totale égalité avec tous les êtres animés de la terre, de notre première seconde à notre dernière seconde de vie. Un souffle qui ne fait que nous traverser, nous remplir et s'en aller, pour mieux revenir, sans que nous ayons aucun effort à faire, aucune volonté à mobiliser. Sauf quand la maladie ou l'âge s'en mêle, ou qu'un effort particulier nous oblige à le contrôler.
Ce souffle qui nous traverse donne aussi naissance à notre parole. Parole fabriquée à partir de l'air sur nos cordes vocales, modulée par nos lèvres, notre palais, notre langue. Parole qui résonne dans nos corps d'argile, fait vibrer l'air et vient se déposer au creux de l'oreille de ceux qui nous écoutent. Parole déclinée en autant de langues que la terre en compte, en autant de voix singulières que d'individus vivant ou ayant vécu.
Souffle de vie qui est venu m'apprendre à prier. A voir en l'autre, au moment le plus inattendu, un frère.

©Reveil-Spiritualité  été 2014