Imprimer

[samedi 4 avril 2009 01:00]

Paroles de Jésus (4)

"Qui n’est pas avec moi est contre moi"

par Franck NESPOULET

Exclusive, cette parole dérange et peut être source d’excès. Mais il n’en est rien si elle est lue à la lumière de la grâce.


Près de l’entrée principale du Tate British Museum, à Londres, il y a une statue de marbre rose. Le bloc dont elle est issue est encore visible, la matière pesante à peine adoucie par des angles arrondis et polis, comme usés par le temps. Une impression de force invincible en émane. Le sujet : une lutte au corps à corps. L’un des deux lutteurs a des ailes dans le dos. Son étreinte surhumaine semble ne laisser aucune chance à l’autre qui s’affaisse, étourdi. La statue s’appelle : Jacob et l’ange (œuvre de Jacob Epstein). L’ange et Jacob sont l’un contre l’autre. On ne peut pas être plus « contre ».
« Celui qui n’est pas avec moi est contre moi » : phrase radicale. Exclusive. Si je ne me soucie pas de son contexte, si je ne cherche pas à la justifier, à quoi me fait-elle penser ? Au cri de ralliement d’un chef de guerre. Pas de quartier... Comme si celui qui parle avait pris sa décision. Il a fini d’écouter. Il est dans l’action, fût-elle violente. Il laisse monter sa colère, il n’écoute plus qu’elle. Celui qui a décidé d’être son adversaire est perdu. Soyez avec moi, sinon je serai contre vous.
Moi qui croyais que Dieu toujours pardonne. Que Jésus était un doux… Dois-je comprendre que Jésus n’est pas venu apporter la paix ? « Ne pensez pas que je sois venu apporter la paix au monde… » (lire Matthieu 10.34 et Luc 12.51). De ces phrases exclusives, on en trouve en plusieurs endroits du Nouveau testament, celles-ci attribuées à Jésus. Et de l'Ancien, celles-là attribuées à Dieu : « Oui, la terre est pleine de violence face à eux. Me voici : je les détruis avec la terre » (Genèse 6.13 dans la traduction de Chouraqui).
On peut les lire comme telles, et ne retenir qu’elles. S’établir comme juge et annoncer au nom de Dieu le châtiment qui serait promis aux êtres humains… Qui suis-je pour juger de la colère… Colère de Dieu ? De Jésus ? Des hommes ? Qui est en colère ne voit plus que sa colère.

C’est pourtant sous le signe de la grâce que nous place l’Évangile.
C’est à l’amour que nous sommes appelés, comme on peut le lire en d’innombrables passages des Écritures. Contrairement à ce que laisse croire le ciseau du sculpteur, c’est bel et bien Jacob qui l’emportera. Jacob ne lâche pas prise (Genèse 32.28). De ce combat il sort blessé mais vivant (Genèse 32.32), et surtout avec un nom nouveau. Jacob devient Israël.
Je veux être « avec » Jésus. Je ne veux pas m’affronter. Mais je fais très mal le bien que je voudrais faire, et malgré moi je me retrouve « contre ». Jésus ne demande pas qu’on soit « pour ». Il nous demande d’être « avec ». Pas question d’affrontement. Si je suis avec toi, je me rapproche de toi. Je t’accompagne. Nous sommes ensemble. Je vais où tu vas. Jésus, je t'en prie, laisse-moi être avec toi, je veux aller où tu vas. Et s’il arrive que je me retrouve contre toi, je t’en prie, ne me laisse pas. Je ne lâcherai pas prise jusqu’à ce que tu me retrouves à tes côtés.



- - - - - - -



Prière du matin

Je nais avec le jour, encore fripé de la nuit.
Seigneur, les pesanteurs qui la veille
ont retardé mon sommeil
sont encore là, derrière ma tête.

Pourrai-je, aujourd’hui encore, faire face ?
Tenir, tenir, cramponné à mes culpabilités.
Sûrement je suis coupable. Mais de quoi ? Je ne sais plus très bien.
Sentiment diffus d’avoir quelque chose à se faire pardonner…


 




Meditation0902.jpg


© Michaël Jordan/Fotolia

Seigneur, quand saurai-je lâcher prise ?
Ecouter enfin avec l’oreille du cœur
une parole cent fois entendue. Ta Parole.
Pardonné, libre ! Serait-ce donc vrai ?

La fraîcheur du jour m’appelle.
Cris d’enfants, nature épanouie, Seigneur,
donne-moi d’ouvrir les yeux sur le monde,
sur ce trop-plein de vie que le printemps révèle.

Fais déborder ma coupe. Et je pourrai alors
partager la joie que tu me donnes
et de mes frères et sœurs
devenir le prochain.

 




Réveil - Méditation et prière avril 2009