Imprimer

Les sevrages

[dimanche 2 février 2014 11:09]

Le premier sevrage est la première rupture – alimentaire – avec la mère.
Le sevrage est pour le bien de l’enfant : il lui faudra, pour grandir,
se sustenter de manière bien plus diversifiée et apprendre aussi à être autonome.

Sevrage des amis qui partent ailleurs, et des amis qui meurent.
Sevrage d’un paysage, d’une beauté entrevue, qu’il faut sitôt laisser.
Sevrage de tout triomphalisme en acceptant son intelligence moyenne.

De sevrage en sevrage, l’être avance à pas cahotants.
Puis arrivera le sevrage de son environnement, de son autonomie.
Il restera les derniers sevrages : de son histoire, de sa « tête »,
de son corps qui ne répond plus ; le sevrage de la vie sera le dernier.

Le grand sevrage humain est celui de sa finitude, avant de s’habiller de plénitude !

 

Solange HUON

© Réveil - Prière - février 2014