Imprimer

Vraie lumière

« Il y a un moment pour tout et un temps pour chaque chose sous le ciel » dit Qohélet au chapitre 3. Ces paroles résonnent en moi, suite aux morts des 7 et 9 janvier derniers.
« Un temps pour déchirer et un temps pour coudre » (verset 7) : le temps de la déchirure, provoquée par les assassinats de début janvier, est passé. Vient le moment de recoudre les blessures et les rejets, et de tisser des liens de compréhension et de fraternité humaine.

« Un temps pour se taire et un temps pour parler » (verset 7). Parler est ce qu’ont fait les millions de personnes marchant dans les rues de nos villes et villages les 10 et 11 janvier. Parler pour que cessent les raccourcis, se parler pour que la connaissance les uns des autres viennent remplacer les rumeurs, les peurs et les suspicions.
Que peut-on donc espérer pour nos Eglises ? Dans plusieurs, des liens parfois anciens existent avec les autres religions, judaïsme et islam en tête : voici le groupe Abraham à Lyon, voilà des rencontres à Annecy, St-Paul-Trois-Châteaux, Valence, Grenoble ou encore Mazille où se réunit le secrétariat interreligieux de Saône-et-Loire… et bien d’autres. Que leur parole sème des semences de vie.
Dans tous les autres lieux où se témoigne l’Evangile, j’exprime ici le vœu qu’à travers la solidarité, la diaconie, la présence dans les espaces publics, la prédication, la rencontre… qu’une vie commune fasse tomber les murs invisibles que nous érigeons par la dénonciation des paroles et des actes insupportables.
N’oublions pas que notre foi au Dieu de Jésus-Christ nous incite toujours à œuvrer pour que nos Eglises soient ferment d’unité et de fraternité. Voici donc venu le temps de coudre et le temps de parler.

Franck HONEGGER,
président du conseil régional

Réveil - février 2015