Imprimer

Exposition à Fourvière

[mardi 3 décembre 2013 16:21]

Rouault Fourviere_2013Georges Rouault
Peintre et graveur de l'humanité

Georges Rouault (1871-1958), peintre non académique à l’esprit libre, est au musée d’art religieux de Fourvière à Lyon jusqu’au 5 janvier 2014. 103 œuvres sont exposées dont la totalité du Miserere et de la Passion *, représentant cinquante ans de création. Visite en couleur et ton de gris.


 En entrant, le visiteur découvre ce contemporain de Matisse et de Picasso, élève de Gustave Moreau. Aquarelle, huile, pastel, encre, gouache… autant de techniques employées par ce peintre-graveur né en pleine guerre de 1870, et marqué par les deux guerres mondiales.
Dans cette première salle, la douceur des teintes rivalise avec, déjà, le noir des contours. Au fond trône Sarah, éblouissante de jeunesse pour nous qui avons l’habitude de l’imaginer vieille et ridée ! On ne verra que peu ses représentations du monde du cirque : clowns et arlequins… ni ses paysages bibliques imaginés. Mais nous n’étions pas venu pour cela.

La deuxième salle est dédiée à l’ouvrage La Passion : 17 eaux-fortes colorées. Cette série, commandée en 1935 par Ambroise Vollard, éditeur et marchand de tableau, illustre un texte d’André Suarès, pilier de la Nouveau Revue Française. De la couleur encore… pour des scènes qui représentent le Christ dans sa Passion mais aussi au cœur de l’humanité. Christ au faubourg, par exemple, inscrit Jésus au sein des quartiers ouvriers du XXe siècle, là où les cheminées fument, auprès des hommes, femmes et enfants qui y vivent. Etonnant mélange des temps qui rend compte de l’actualité de la présence du Christ parmi nous.

Enfin, la grande salle du musée s’ouvre sur les 58 gravures du Miserere. Un monument dans tous les sens du terme qui entraîne le visiteur dans les profondeurs de l’humanité avec, pour seule couleur, celle de la cendre. Ouvrage également commandé par A. Vollard, G. Rouault a pris le temps de son élaboration (commencée en 1917). Chaque planche comporte un texte, trente-huit sont de l’auteur, les autres se partagent entre des versets bibliques et des citations d’Alfred Jarry, de Léon Bloy, de Jacques Maritain ou de poètes latins.
Cet ensemble apparaît comme un mémorial des victimes de toutes les guerres ; preuve en est le succès rencontré dès la sortie de l’ouvrage en 1953.
Mais là ne s’arrête pas l’analyse car, outre les horreurs des conflits, Rouault dénonce aussi, en une vaste satire sociale, la vanité humaine, qu’elle soit celle des puissants, des militaires, de la bourgeoisie qui s’acharne à construire "un monde savant et mécanisé" (pl. 36)… Mais on peut aussi lire dans ces planches la sollicitude de Rouault envers l’humanité dans sa diversité : ouvrier, prostituée, marin, artisan, juges ; et encore femmes et mères, jeunes hommes et vieillards… sans nous oublier nous-mêmes : parmi les planches les plus célèbres (Qui ne se grime pas ?), Rouault nous tend un miroir. "J’ai vu clairement que le "pitre" c’était moi, c’était nous… presque nous tous… […] nous sommes tous des pitres plus ou moins".

Peintre et chrétien, émancipé de l’académisme de l’art religieux, Raoult fait du Christ une personne omniprésente dans ces planches, souvent de manière explicite : en croix, dans sa passion, auréolé… Il ouvre le livre… et le termine. A travers lui, c’est l’humanité qui est décrite et montrée. Tout au long du parcours, on remarque ainsi la proximité du Christ avec chacun et chacune ; on la recherche même ! Et on retrouve la foi du peintre dans sa compréhension du commandement d’amour, illustré par un Christ en croix (pl. 31) : "Si chacun applique le commandement, plus jamais un innocent n’aura à mourir sur la croix".

Sortant de ce lieu, dans la grisaille automnale, les passants sont là, venant découvrir la basilique de Fourvière et la ville de Lyon. Ils sont comme autant de preuves de cette nature humaine captée par Rouault, entre noirceur et espérance, douleur et beauté.

Franck HONEGGER
Journal Réveil


* Les ouvrages Miserere et Passion ont été réédités par les éditions du Cerf en 2004 et 2005