Imprimer

Quand Dieu parle (8) Revenir sur la montagne et écouter Dieu nous parler

[lundi 31 mars 2014 15:50]

par Christophe COUSINIE

« A la vue des foules, Jésus monta dans la montagne. Il s’assit, et ses disciples s’approchèrent de lui. Et, prenant la parole, il les enseignait.» Matthieu 5.1

« Du pied des Pyrénées, aux sommets des Alpes en passant par les vallées des Cévennes, la montagne est présente. Lieu de rencontre avec nous, même dans l’effort, avec l’autre durant nos vacances, elle reste le lieu de parole ou l’immensité rejoint notre intime.

Nous aimons dire que Dieu nous parle soit dans les déserts, soit sur les montagnes.
Dieu parle au peuple qui traverse son désert d’apprentissage de la liberté, Dieu parle à Moïse du sommet de la montagne pour donner la loi qui garantit la liberté. Dieu parle aux prophètes dans leurs déserts d’incompréhension, Dieu parle de la montagne du temple pour appeler les nations à la paix.
A choisir entre le désert ou la montagne, pourquoi ne pas prendre de la hauteur ? Et c’est précisément ce que Jésus va faire.
Ce n’est pas dans la solitude d’un désert spirituel ou personnel qu’il va enseigner l’Evangile mais c’est entouré d’une foule avide de nouveautés spirituelles que Jésus va enseigner du haut de la montagne.

Un lieu pour la parole
Et voici ce fameux « sermon sur la montagne », plus qu’un simple discours, plus qu’un programme, plus qu’une philosophie de vie, c’est un Evangile, une Bonne Nouvelle qui est annoncé à ces gens qui n’attendent que cette parole.
Mais cette parole est-elle donnée une fois pour toutes, comme un manuel du bon croyant ? Jésus lui-même avait-il saisi toute la profondeur de son message ? Au risque d’en faire un message immobile qui ne vit plus, qui ne se revisite plus !
Plus loin dans l’Evangile, Jésus rencontre une femme qu’il va traiter de « chien », cette étrangère, cette non juive qui n’a pas droit à cette parole. Elle va pourtant vivre de cette parole et va l’adresser à Jésus. Lui qui a parlé du sommet de la montagne, le voici qui reçoit une parole dans la plaine, une parole étrange qui le bouscule et lui permet de réinterpréter ce message qui le dépasse lui-même !

Un lieu pour apprendre
Après cette rencontre, « Jésus gagna les bords de la mer de Galilée. Il monta dans la montagne, et là il s’assit » (Matthieu 15.29).
Jésus revient lui-même en position de disciple, d’écoutant de cette parole de vie qu’est l’Evangile. A son tour il prend la place de disciple et s’assied pour revisiter ce message de Dieu, le réinterpréter pour se laisser (à nouveau et dans la nouveauté) bousculer par cette parole de Bonne Nouvelle.

Un lieu de rendez-vous
Si Jésus revient sur la montagne pour réentendre où réinterpréter cette parole reçue, c’est peut-être pour nous inviter nous aussi à toujours remonter sur la montagne où Dieu nous parle. Ne pas en rester à une parole reçue mais la voir comme une parole à recevoir encore et toujours. La parole est vivante, elle est nouvelle à chaque fois que nous l’entendons. Dans notre vie de foi, nous devons savoir retourner sur la montagne et être encore enseigné de cet enseignement nouveau. Au matin de Pâques, les onze disciples, comme nous-mêmes chaque jour, « se rendirent en Galilée, à la montagne où Jésus leur avait ordonné de se rendre » (Matthieu 28.16).
Jésus nous attend sur la montagne, asseyons-nous, acceptons d’être transformés, car Dieu nous parle.

© Réveil - Lire la Bible - avril 2014